Les lieux de culte

vendredi 8 mars 2013
par  Pierre Levi-Topal

LIEUX DE CULTES DISPARUS

L’église Saint-Denis d’Ursine (1084-1675)
C’est en 1084 que nous trouvons pour la première fois la mention de l’église Saint-Denis près d’Ursine. Dans ce cartulaire, l’évêque de Paris Geoffroy accorde à l’abbaye de Marmoutier quatre autels : le Prieuré Notre Dame des Champs (dont dépendait St Denis), St Denis, St Julien de Versailles et St Germain de Villepreux.
Suite à l’achat, par Louvois, de la seigneurie d’Ursine pour agrandir son domaine, un accord fut conclu en 1674 pour translater cette Eglise sur Vélizy, où elle se trouve aujourd’hui, désaffectée : c’est l’église Saint-Denis de Vélizy, qui porte sur son tympan les armes de Louvois.
Elle se trouvait vers le N° 7 de la rue Morte Bouteille.

La première église Notre-Dame (1197-1626)
C’est en 1197 qu’une église est citée à Chaville dans le doyenné de Châteaufort. Selon des recoupements de textes, c’est vers 1200 qu’une paroisse fut érigée sur Chaville à l’aide du territoire détaché d’Ursine, où existait l’église Saint-Denis.
Tour à tour indépendante ou rattachée à la cure de Montreuil (près de Versailles), elle devient autonome en 1603 lorsque Michel Le Tellier (père de Louvois) en assure, par une fondation, les revenus nécessaires.

La seconde église Notre-Dame (1626-1966)
Une nouvelle église, dédiée à Notre-Dame, est bâtie en 1626 sur l’emplacement de l’ancienne et dans la même orientation : elle subsistera et sera utilisée pour le culte jusqu’à sa démolition en 1966, après bien des remaniements. Elle se trouvait 37 rue Anatole France "Les Allées de Chaville". On ignore actuellement ou les éléments décoratifs lui ayant appartenu se trouvent, en particulier le tympan aux armes des Le Tellier.

La chapelle Saint-Joseph (1945-1962)
En 1945, des chrétiens de Chaville (quartiers de l’Ursine et Saint-Hubert), de Vélizy (quartier du Bas-Vélizy) et de Viroflay (quartier du Louvre) construisirent une chapelle, (rue Louis Gaubert) au Bas-Vélizy dédiée à saint Joseph l’artisan. Ils l’agrandirent eux-mêmes en 1951-1952.
Le quartier d’Ursine a été érigée en paroisse en 1959, sous le patronage de sainte Bernadette ; la nouvelle église Sainte-Bernadette fut consacrée le 17 juin 1962 et remplaça alors la chapelle Saint-Joseph.

Autres chapelles disparues :
- La chapelle Saint Denis, se trouvant dans l’enceinte de l’Hôtel Dieu (rue de la Mare Adam et rue de Jouy), fut le premier lieu de culte catholique dès 820. Un accès sur l’extérieur permettait au public d’entrer dans la chapelle et de suivre les offices sans pénétrer dans l’Hôtel Dieu.
- la chapelle du château Saint-Paul (1844-1901), lors de la présence des frères de Saint-Vincent-de-Paul dans ce lieu.
- La chapelle de la Vierge et de Saint-Joseph, à Saint-Thomas-de-Villeneuve (1863-1993), remplacée par la chapelle actuelle en 1993. Les anciens vitraux sont conservés dans le sous sol de l’école attendant une nouvelle exposition.
- la chapelle Saint-Vincent-de-Paul, construite dans les années 1950, située un peu avant l’école Ferdinand Buisson rue Roger Salengro. Elle a avait été édifiée dans la propriété des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul. Vendue en 2003 à la commune, elle fut détruite dans les semaines qui ont suivi cette vente.

Oratoire ou Ouradour du Doisu

Sur l’extrait ci après vous voyez l’oratoire tel qu’il était en 1900.
De nombreuses cartes postales montre le "chêne de la Vierge" celui plus que tricentenaire a été débité dans les années 1945 et l’oratoire a été réinstallé quelques mètres plus loin sur un autre chêne. Nous ne savons pas ou les ex-voto furent conservés.
Cet oratoire avait été construit à la demande du curé de Notre Dame de Plaisance à Paris

LIEUX DE CULTES ACTUELS

L’église Sainte-Bernadette
C’est le 27 septembre 1959 que l’évêque de Versailles érigeait la zone apostolique de l’Ursine en paroisse, et la mettait sous le patronage de sainte Bernadette.
La chapelle provisoire dédiée à Saint-Joseph, et située sur Vélizy le Bas, fut remplacée par l’église actuelle, consacrée le 17 juin 1962.
Cette église a été conçue, par son ampleur et sa structure, comme la "Tente de la Rencontre" que Moïse avait dressée sur l’ordre de Dieu. On remarque bien, en particulier, les montants latéraux, le plafond courbé, les plis de la tenture au fond du sanctuaire.
Quand l’ancienne église du village de Chaville fut démolie en 1966, les deux cloches, qui appartenaient à la commune, furent conservées. Le Conseil municipal de Chaville, en sa séance du 8 décembre 1981, sur proposition du maire, M. Marcel Houlier, décida de donner les cloches à l’église Sainte-Bernadette.
C’est ainsi que le campanile actuel dispose :
Des deux cloches de l’ancienne église, installées en 1982 après avoir été entreposées dans le fond de l’église en vue d’être placées dans le campanile :
- Georgette (470 kg), baptisée vers la Noël 1863, à dominante sol,
- Louise (350 kg), baptisée le 16 octobre 1887, à dominante si,
D’une cloche à dominante ré, elle fut baptisée le 23 septembre 1984 et nommée Bernadette-Marie (160 kg) par sa marraine Bernadette Houlier, épouse du maire de Chaville, et son parrain Jean Thélamon et installée le lendemain dans le campanile.
C’est avec l’aide du conseil municipal de Chaville, qui vota une subvention, puis celui de Viroflay, avec la participation des paroissiens et, pour la 3è cloche, que les deux premières cloches ont pu être mises en place dans le clocher,
Elle comprend en son intérieur un chemin de Croix original à plus d’un titre aussi le désigne-t-on plutôt par "chemin pascal". Cree par : Danièle Fuchs, artiste viroflaysienne, qui a utilisé une technique particulière : Des plaques de laiton (cuivre + zinc) gravées, découpées et enchâssées dans des panneaux de chêne, racontent cette histoire hors de l’Histoire.

L’église Notre-Dame-de-Lourdes
Nommé le 10 octobre 1906 à la cure de Chaville, l’abbé Albert Bouret, jeune prêtre de 39 ans, perçoit l’évolution de la population Chavilloise. Il décide alors la construction d’une grande église de mille places et achète en 1909 et 1912, en son nom propre, les 2258 mètres carrés face à la nouvelle mairie.
Lors de la création de l’association paroissiale le 4 décembre 1921, l’abbé Bouret transfère ses titres de propriété à la nouvelle association, et concède 200 mètres carrés à la commune pour permettre l’édification du marché.
Malgré quelques retards, la première pierre est posée et bénie le 4 juin 1911 par Monseigneur Gibier, évêque de Versailles, et qui inaugure et consacre l’église le lundi de la Pentecôte, 24 mai 1926, sous le vocable de "Eglise de l’Immaculée Conception".
Le 22 février 1935, le chanoine Bouret meurt et est inhumé, dans un premier temps, au cimetière de Chaville. Puis avec l’accord des autorités civiles et religieuses, il est inhumé dans son église, le mardi 14 mai 1935.
En 1941, la propriété des lieux est transférée à l’association diocésaine.
En octobre 1943, le conseil épiscopal, nouveau propriétaire, décide de renommer l’église : Notre-Dame-de-Lourdes.
En 1953, le presbytère situé au 3 rue de l’Eglise est abandonné et un nouveau est construit près de l’église.
En 1993 est construite la maison paroissiale Jacques-Delarue (du nom du 1er évêque de Nanterre) et la chapelle Saint Jean-Baptiste, inaugurées le 15 octobre 1994.
Les cloches sont bénies et baptisées le 11 octobre 1931 :
- Madeleine, la première, à dominante SOL, pèse 690 kg
- Alexandrine, la seconde, à dominante LA, pèse 489 kg
- Albertine, la troisième, à dominante SI, pèse 349 kg.
Les vitraux sont posés à partir de 1934. Ils sont en grande partie de la facture d’Albert Gsell, qui vécut durant une courte période à Chaville, et de Henri Ripeau, peintre verrier versaillais.
Pour plus de détails voir le site : http://paroissechaville.com/ ou "Les chroniques des communautés Chrétiennes" de Pierre Lescot

La chapelle du Carmel Saint Joseph
Elle est située rue de la Martinière, dans l’enceinte de la propriété dite la Martinière. Les sœurs du carmel Saint Joseph sont arrivées en 1929. La construction de la chapelle date de 1948, sous les plans de l’architecte A. Billecocq. Elle remplace un bâtiment en bois. Les vitraux représentant des symboles sur fond de motifs géométriques sont l’œuvre de Jean Barillet. Le chemin de croix est une fresque de la Passion, en pierres gravées, ombrées à la mine de plomb exécutée par Pierre Meauzé. Elle sera inaugurée en juillet 1951. Chaque dimanche soir y est célébrée une messe ouverte à tout public.

Saint Grégoire l’Illuminateur
La communauté arménienne se réunissait dans un pavillon rue de Ville d’Avray (rue de la Résistance). En 1932 elle loue le hangar d’un garage désaffecté rue des Trois Champtiers (6 rue du Père Komitas).
Ce site est consacré comme église dès 1933, Le hangar est à vendre dans les années 1954. Il est aussitôt acheté avec le terrain qui l’entourait.
Il est rasé et la première pierre est posée en 1957, puis l’autel est consacré le 15 décembre de la même année.
A part le gros œuvre, toutes les boiseries, les colonnettes, les grilles, les fauteuils sont des fabrications, des constructions ou des récupérations de la communauté.
La rue des Trois Champtiers fut rebaptisée rue du Père Komitas (Soghomon Saghomonian 1869/1935), religieux compositeur de musique. Une stèle à sa gloire se dresse sur le parvis de l’église.
Pour plus de détails, voir le site http://www.acam-france.org/

Notre Dame Souveraine
Dés 1926 les orthodoxes russes de Chaville et des communes limitrophes s’organisent et crée une chapelle de fortune dans un garage près de la gare de Chaville-Vélizy. Cette paroisse est déclarée en 1927 sous le nom d’Association Culturelle Orthodoxe Russe de Chaville Elle est placée sous l’appellation et le vocable de l’icône Notre Dame Souveraine.
En 1932 un terrain de 300 m2 est acheté 22 rue Alexis Maneyrol. La première pierre de l’église est posée en 1935. Le 9 juin le Métropolite vient consacrer l’autel qui était encore à ciel ouvert.
L’ensemble de la construction fut érigé par les fidèles
Voir aussi http://orthodoxie.typepad.com/souveraine/

Eglise évangélique de Chaville
L’assemblée chrétienne évangélique de Chaville se réunit au 1119 avenue Roger Salengro. La salle a été aménagée et créée en 1989 à la place d’’une ancienne supérette.

Lieu de culte musulman de Chaville
Une salle de prière a été aménagée au 40 rue de la Passerelle au début des années 2000.

P.Levi-Topal


Navigation

Articles de la rubrique

  • Les lieux de culte