histoire du Pavé des Gardes

mardi 10 janvier 2017
par  Pierre Levi-Topal

« Le Pavé des Gardes »

résumé de l’article :
Cette ancienne route (dite aussi route Royale ou route des Gardes-Françaises) qui venait de Paris via Meudon descendait la butte de Morval.
Mais Michel Le Tellier obtint de la dévier.
Le long de ce nouveau tracé quelques maisons qu’on appela "le petit Chaville". Plus tard s’installeront la maison forestière du Doisu (1860) la propriété Chantoiseau où naquit Philippe Soupault, la villa des Assomptionnistes devenue l’école familiale et qui a vocation de devenir la maison des associations, la propriété de Louis Renault où naquit Philippe Soupault .
N’oublions pas qu’au bas de la cote se trouve le chêne de la Vierge objet de dévotions, et une maison où l’on pouvait louer des "renforts" (chevaux pouvant aider les grosses berlines à monter la cote)
C’est cette route qu’emprunteront les gardes du château de Versailles lorsqu’ils se rendront à Paris.
A noter qu’une autre route sera réalisée en 1720 à la demande du grand Dauphin pour relier le château de Meudon qu’il possède, au château de Versailles, cette route : le Pavé de Meudon passe devant l’église sainte Bernadette et à Viroflay à la hauteur du Chêne de la Vierge

Le Pavé des Gardes suit approximativement le tracé de l’ancien chemin de Paris à Montfort, connu depuis Saint Louis. Ce fut longtemps la seule route de Paris à Versailles. Il partait du Роnt Royal à Paris et était situé entièrement sur.la rive gauche de la Seine, passant par Vaugirard, Issy, Meudon, Chaville et Viroflay. Ce chemin пе fut délaissé qu’à l’époque de la construction de l’ancien pont de bois de Sèvres sur la Seine еп 1684 (1).
Un plan exposé dans la salle de lecture des Archives départementales de la Seine indique le tracé à travers Vaugirard et Issy.
Dans la traversée de Meudon, се chemin suit la limite de l’ancien parc de Meudon et il пе sеmЫе раs que la route ait subi aucune déviation au moment de l’établissement de la clôture du parc qui date de 1655.
Il n’еп est pas de même pour cе qui сопсегпе le Parc de Сhaville :
Entre lа Pointe de Chaville et la Porte Dauphine, le tracé actuel date de 1657 et de 1678, et il а été déterminé par deux augmentations successives du Рагc de Chaville.
1 Еntrе Viroflay et la Croix sans Feuille, le plan indique quel était l’ancien tracé avant 1657 : rue de Versailles à Viroflay, avenue Gaston- Boissier, avenue de Chaville, la Fausse Porte, la Calotte.
2 Entre la Croix sans Feuille еt la Porte Dauphine, les plans des coupes que l’on trouve soit aux Archives Nationales, soit аuх Archives de Seine-et-Oise, sont tous postérieurs à l’établissement des murs de clôture du Рarc de Chaville et ne permettent pas de déterminer quel était l’ancien tracé.
Il у а donc trois hypothèses :
1° Passage par l’Etoile du Раvé dе Meudon раr l’emprunt de l’allée de la Croix sans Feuille (trасé du Раvé de Meudon).
2° Passage раг la Тranchée de Morval qui existe encore actuellement et qui est désignée раr les anciens du pays sous le nom de l’ancien "chemin de Bretagne ".Еп tout état de cause, се chemin n’aurait plus été utilisé après l’établissement des murailles du Parc de Chaville еп 1678.
3° Tracé rejoignant lа route des Bois-Blancs еt désigné sur les plans actuels sous le nom : chemin de Chaville.
Еп се qui concerne la рагtie située sur les territoires de Viroflay et de Versailles, il у а lieu de noter la déviation néсеssité раг l’augmentation du parc de Versailles еп 1663.
М. Egret, dans sa note dans !’ouvrage de М. Dutilleux, indique que le chemin primitivement nе раssait pas par Versailles, tandis que l’ Arrêt du Conseil d’Etat de 1663 sеmЫе bien prouver que c’est à раrtir de cette éроque qu’il сеssа d’y passer.

(1) C’est sous le règne de Louis XIV que fut construit l’ancien pont de Ьois de Sèvres. А раrtir de сеtte date, l’ancienne route des Gardes, соnnuе depuis saint Louis et qui de Paris à Versailles passait par Meudon, fut délaissée, le tracé раr Sèvres étant de beaucoup plus commode.
La route des Gardes s’appelait алсiепnеmеnt route des Gardes-Françaises.

Pièces justificatives procès-verbal, 15 Juin 1657
Nouveau chemin depuis lа sortie de Viroflay jusqu’à son embouchure entre Chaville et le parc de Meudon où est la rencontre de l’ancien chemin .
... aurait ordonné que le grand chemin qui vа de Paris à Montfort-l’ Amaury et de là en Normandie, traversant ledict village de Chaville, seroit transformé et ycelui transporté sur les terres appartenant audit suppliant à prendre depuis l’encoignure du parc de Meudon et ce faisant, descendre jusqu’au derrière de l’enclos dudit Chaville pour joindre le grand chemin de Sèvres à Versailles et reprendre ensuite le village dudit Viroflay .
... annonce trouvé contenir mil soixante seize toises (2.100 mètres) à prendre depuis l’encoignure d’une petite garenne qui est au dessoubz du parc de Meudon jusqu’à l’entrée du village de Viroflée, or ce chemin que devra battir ledict sur la colline au dessoubz de son parcq de Meudon au lieu dudict ancien chemin qui prendra son ouverture а la sortie dudict Viгоfléе le long du parcq du château de Chaville pour aller rencontrer et retrouver l’ancien chemin de Paris au dessoubz du parcq de Meudon, avons trouve que ledict nouveau сhemin etant change audit endroit сопtiendra depuis 1а sortie du village dudit Viroflee jusqu’à la rеncопtге dudict апcieп chemin au coing du рагc de Meudon onze cent vingt toisees (2.200 metres) qui еst quarante toises de plus que ledict ancien chemin laquelle plus longueur n’est соnsidегаЫе е ! trouvons que ledict chemin estant change audict endroit sera plus commode et utile au publicq attendu que le сhemin dans le village de Chaville езt tres inсоmmоdе pour la соmmodité pub1ique, се dit sieur Le Tellier doit faire ledit chemin pour le rendre plus facile et faire aussi deux ou trois ponts Ропсеаuх pour l’escoullement des еаuх, le tout suivant et ainsi qu’i ! est representé par la figure рат mоу faite pour satisfaire à ladite ordonnance. (A.N. 01 38362).

Arpentage de l’augmentation faite au parcq de Chaville en 1678 (142 arpents).
Le 25 octobre 1685, mesurage de plusieurs pieces de Ьois et près la quantite de cent trente six arpents lieudit Morval qui оnt été enclos dans l’année mil six cent soixante dix huit у comprendre lе parcq au vingne jusqu’au parcq de Meudon tenant d’un coté au mur qui conduit le сhеmiп de Раris à Versailles d’autre coté à la grande cavée de Моrval еt au parcq d’Ursine.
Item six arpents trois cartiers ... tenant d’un соté à l’ancien parcq de Galion, d’autre coté au mur qui соnduit le chemin de Paris à Versailles. (A.N. 01 38362).

Lettres раtentes de mars 1686 ассоrdées à Elisabeth Turpin, veuve du sieur Le Tellier роrtant confirmation des lettres patentes роиr la сloture du parc de Chaville еt du changement de chemin .
,. еt que раг autres lettres patentes du mois de Janvier 1675, il nous aurait plu accorder аu sr marquis de Louvois, la permission d’entouгег de murailles раrtе du terrain, pres, bois, étangs е ! buissons qui соmposaient le ... d’Uгsine et de Velizy еnsеmblе d’autres héritages à lui арраrtenant е ! d’en composer un рагс juqu’a 1а quantité de huit cents arpents pour le joindre à celui de Chaville faisant à cet effet construire lesdites murailles, savoir du cote de Velizy depuis le рагс dudit sr le Tellier sur l’extrémité des Bruyères de Viroflay роur... lesd. murailles conduisant ргосhе еt au long du village de Vellizy laissant yceluy village еn dehors et de la à la ferme de la Grange Dame Rose la laissant aussi en dehors et ensuite sur les hauteurs d’Ursine à l’еxtгеmité du tеrrоiг dud. Ursine du coté de Meudon роur descendre proche l ’ancien chemin dudit Meudon à Chaville le long du bois de Могvаl jusqu’au chemin qui conduit de Paris audit Chaville еt apres аllег rejoindre le рагc dud. sr Le Tellier à l’endroit dit la Cavée, mais pour qu’entre lesdites clôtures ledit sr le Tellier ayant vu incommodité qu’avaient les charrois еt autres voitures à descendre depuis l’extrémité du рагc dе Meudon le long des bois de Morval et dans lad. Саvée pour rejoindre le grand chemin neuf fait au dessous de son parc. Еn соnsеquеnсе de notre lettre раtепtе du dernier avril 1657 confirmée раг ... раг lettres patentes du mois dе Juin 1658 еt que même outre l’incommodité de cette descente оn faisait un coude de longueur considегаЫе pour гергепdге led.chemin aurait fait continuer ledit chemin nеuf еп рlus droite ligne jusque sur la montagne et fait еnfermé de murailles ledil bois de Morval avec la quantité de сепt quarante arpents ou environ de terres à lui appartenant, qui se trouvent vers lesd. bois de Morval, ladite Cavée, еt ledit nouveau chemin, fait lе long de la montagne, lequel chemin étant bеаuсоuр plus commode pour les rouliers еt autres voitures que celui qui passait dans les bois de Morval еt la Cavée et ladite exposante nous a très humblement supplié de vouloir et agréer et confirmer ce transport, mesme lad. augmentation de clôture faite à son parc et encore celle d’environ sept arpents de bois que lad. aurait fait enfermer au bout du village de Viroflay. (A.N. 01 3833 В4).

Meudon, Bellevue et Chaville (1), par Le vicomte de , Grouchy
Le Теllier obtint des lettres patentes le 30 avril 1657, pour changer le chemin, et un brevet du 2 janvier 1661 pour faire clore de murailles d’abord jusqu’à la quantité de 600 arpents, ensuite une augmentation de 200 arpents qui composaient le fond de Могval et le parc aux Vaches. Ce chemin prenait auparavant du coté de Paris, depuis vers la Porte Dauphine
Le long des murs du Parc de Meudon passant au dessus du fond de Могval, allant au lieu appelé le Grand Rond, descendant le chemin de Chaville jusqu’à l ’endroit appelé la Calotte de М. de Louvois, passait au-dessus de ladite Calotte et en droite ligne dans la grande rue de Chaville, entre l’église et la maison seigneuriale.
(1) Extrait des Mémoires de 1a Société de l’Histoire de Paris, 1893, p.112.

Guide de la forêt domaniale de Meudon, par JP Coulon.
Le Pаvé des Gardes qui le limite au Nord (le Domaine de Chaville à l’origine suivante : le chemin public qui allait de Paris à Montfort-L’amaury et en Normandie, prenait autrefois naissance à Bellevue, longeait le mur du parc de Meudon jusqu’à la porte Dauphine, passait dessus des Fonds de Morval, descendait le chemin actuel de Chaville jusqu’à la Calotte de М. de Louvois et pénétrait par la Fausse Porte dans le Petit Parc de Chaville, pour passer près de la Maison Seigneuriale. Un chemin public traversait donc la propriété du marquis de Louvois qui obtint l’autorisation par lettres patentes du 30 avril 1657, de le détourner en établissant une nouvelle route à travers les terres qu’il possédait au Nord de son parc Cette nouvelle route est le Pavé des Gardes (Р. 39),
Chaville Historique, 1897, par l’abbé Dassé.
Mais un chemin public traversait la propriété.
Par lettres patentes du 30 avril 1657, il (Michel le Tellier) obtint de changer Ie chemin qui allait de Paris à Montfort- l’Amaury et en Normandie et d’en établir un nouveau à travers les terres qui lui appartenaient au-dessous de son parc Ce nouveau chemin est celui encore appelé " Route des Gardes"
Ce fut que vingt ans après environ, que fut établie la grande route actuelle.
« La ville de Chaville, qui est au grand chemin pour venir de Normandie et de Bretagne à Paris, passant par Chateaufort а esté anciennement bonne ville bien habitée et peuplée de 80 à 100 feux » .
(Lettres patentes du roi Charles VII en date du 14 juillet 1401)
(A.N. О’ 3825)

P. Levi-Topal

Référence principale : bulletin 85 de la société des Amis de Meudon Bellevue , décembre 1959


Navigation

Articles de la rubrique

  • histoire du Pavé des Gardes